Start building your own chatbot now >

Lorsque Facebook a annoncé à l’été 2016 l’ouverture de son API et les bots, Benjamin Duthoit a vite compris leur potentiel. Il a testé les premiers, a construit les siens (notamment un bot Game of Thrones qui a été très populaire), puis a fondé Livebotter.

Livebotter “builds state of the art, highly customized chatbots for brands. And for fun.“. Une entreprise donc spécialisée dans la construction de robots intelligents sur Messenger pour les marques. Fondée en juillet 2016, l’entreprise compte aujourd’hui 5 personnes et a travaillé avec des clients tels que Société Générale, Netflix, l’Oréal ou La Redoute.

Pour l’équipe Livebotter, la création d’un bot qui donne les prévisions météo a très vite été envisagée. Donner la météo est un cas d’usage simple et pourtant diablement efficace pour un bot. Les équivalents américains tels que Poncho étant un succès, nous avons posé quelques questions à l’équipe pour mieux comprendre la génèse de MTO.

Pourquoi faire un bot lorsqu’on est une entreprise ?  

“D’un côté, il y a 1,2 milliard de personnes qui utilisent Messenger” explique Benjamin. “C’est colossal. Et d’un autre côté, le marché des apps est saturé : les utilisateurs de smartphones consultent cinq applications par jour, et en téléchargent très rarement de nouvelles. Un bot permet à une marque de créer un nouveau canal de communication et de fédérer une communauté là où tous les utilisateurs sont présents : les applications de messagerie, et tout particulièrement Messenger.”

Comment fonctionne MTO?

“MTO est un bot que vous pouvez trouver sur Messenger en tapant Météo-France ou en suivant ce lien puis en cliquant sur “Envoyer un message”. Aujourd’hui, le bot a 50 000 utilisateurs et a traité plus de trois millions de messages. Il est capable de vous donner la météo à un endroit précis, de vous faire un top 5 des plus belles photos de la communauté chaque semaine, et vous propose même des filtres photos inédits.

 

Comment avez vous travaillé le ton du bot ?

“Nous voulions créer un bot qui donne la météo, mais qui ne fait pas que ça. Météo France, dans ses communications digitales, a un ton léger et fun, tout en restant assez sobre. Nous voulions que MTO, en tant que premier ambassadeur robotisé de la marque, reflète ces valeurs.

Nous avons également fait un travail sur le storytelling. La météo est une information localisée qui demande à l’utilisateur de nous partager une information personnelle : sa position. La demander directement, sans prouver à l’utilisateur qu’MTO est un bot fiable et sécurisé serait une barrière a l’entrée : beaucoup abandonneraient la conversation. Ainsi, MTO commence par donner la météo aux Seychelles (en nous rappelant tristement que nous n’y habitons pas…), puis nous demande si nous souhaitons connaitre la météo chez nous.

C’est cette approche d’accompagnement de l’utilisateur que nous avons répété tout au long du bot pour créer une expérience conversationnelle agréable et chaleureuse.”

Quel language avez-vous utilisé pour construire MTO ?

David Tedgui, qui a développé le bot, nous explique sa manière de faire : “J’utilise NodeJS et Express. Ce sont deux technologies faciles d’utilisation et recommandées par Messenger. La majorité des bots sont aujourd’hui codés en NodeJS, donc une personne qui débute aura plus de facilités avec ce langage.”

Pourquoi est-ce important pour un bot d’utiliser de l’AI ?

“Les utilisateurs apprécient les expériences guidées par les boutons, des listes, et différents éléments visuels. Il est donc tout à fait possible de construire un bot sans compréhension du language (NLP) et sans AI. Cependant, ces expériences restent sur des parcours délimités. Dans le cas de MTO, il étai essentiel de permettre aux utilisateurs de demander avec leurs mots “quelle est la météo à Toulouse”. Cette liberté est un réel plaisir pour l’utilisateur, et fait la qualité du bot.”

Quelques conseils à donner à ceux qui voudraient eux aussi créer leur bot ?

Selon Benjamin, il est essentiel d’identifier les utilisateurs finaux du bot, ceux qui vont lui parler au quotidien, et de créer un produit en phase avec leurs attentes. Un bot est un produit très précis et spécifique, et essayer de tout faire n’est pas une solution.

D’un point de vue plus technique, David conseille de bien analyser la documentation Messenger et celle des APIs que vous utilisez, et de ne pas hésiter à s’inspirer des exemples fournis par Messenger. De nombreux projets aidant la construction de bots multiplateforme sont également disponibles sur Github. Certains sont très intéressants et peuvent permettre de construire un bot puissant rapidement, donc utilisez les !

Merci à Benjamin Duthoit et David Tedgui de Livebotter pour leurs réponses.


Also published on Medium.

Want to build your own conversational bot? Get started with Recast.AI !

Subscribe to our newsletter


There are currently no comments.